Colon irritable et hypnose

L’hypnose dans le traitement du syndrome de l’intestin irritable : évaluation de l’amélioration de

l’état général, du stress perçu, et des stratégies de « coping ».

Etude de terrain Grenobloise.

CONCLUSION :

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) touche 4,7 % de la population française (selon les critères de Rome II, chiffre probablement sous-estimé), et représente 10 à 15 % des motifs de consultation chez le médecin généraliste. Il s’agit d’une pathologie fréquente, à l’origine de coûts importants, altérant significativement, et de façon chronique, la qualité de vie des malades qui en souffrent.

La prise en charge médicamenteuse du SII est décevante, ciblée sur les symptômes, avec des traitements peu efficaces. C’est ce qui amène patients et médecins à s’intéresser à d’autres alternatives thérapeutiques non médicamenteuses telles que l’hypnose, technique qui a prouvé son efficacité dans le traitement du SII.

Nous avons réalisé une étude cas-témoins rétrospective non interventionnelle, dont l’objectif principal était d’évaluer les effets de l’hypnose sur l’amélioration de l’état général et de la qualité de vie chez des patients SII suivis au CHU de Grenoble.
Notre objectif secondaire était d’étudier l’amélioration du stress perçu et des stratégies de coping par l’hypnose.

90 patients SII suivis au CHU de Grenoble ont été contactés par téléphone. Deux groupes de patients ont été constitués selon le traitement qu’ils avaient reçu: un groupe hypnose, et un autre groupe non hypnose traité par les médicaments conventionnels. Un questionnaire papier a été envoyé à chaque patient.

Le critère de jugement principal a été mesuré uniquement chez les patients du groupe hypnose grâce à un questionnaire Ad Hoc comparant l’état général du patient avant et après son traitement par hypnose, regroupant 4 dimensions (qualité de vie, émotions, symptômes du SII, et consommations de santé). Les critères secondaires (stress et coping) ont été mesurés par un questionnaire, en comparant les deux groupes.

Au total 57 patients ont été inclus dans l’étude : 31 dans le groupe hypnose, 26 dans le groupe non hypnose.
Il existe une amélioration subjective de l’état général après hypnothérapie. Chaque dimension est également améliorée par l’hypnose : qualité de vie, émotions (stress, dépression, anxiété), symptômes du SII (digestifs et extra-digestifs), et consommations de santé (moins de consultations médicales, moins de médicaments).

Pour le critère secondaire, il existe une différence significative en faveur du groupe hypnose pour le stress perçu (p=0,03) et pour le score de coping recherche de soutien social (p=0,05).

Nos résultats démontrent l’efficacité de la prise en charge par hypnose pour ces patients SII, sur le plan de l’état général et de la qualité de vie.
Aucune étude ne s’était intéressée aux effets de l’hypnose sur le stress perçu et les stratégies de coping ; notre évaluation prouve qe l’hypnose peut les améliorer.

L’hypnose est une technique non invasive, sans danger ni effet secondaire, peu coûteuse, mais consommatrice de temps. Elle est amenée à se développer en médecine générale, autant dans la prise en charge du SII que dans le cadre d’autre maladies chroniques.

Grenoble, le 29/10/2013

Justine Deleplancque. L’hypnose dans le traitement du syndrome de l’intestin irritable : évaluation de l’amélioration de l’état général, du stress perçu, et des  stratégies de coping : étude de terrain grenobloise. Human health and pathology. 2013. <dumas-01103942>

Written by root

Related Posts

EMDR préconisé par l’OMS

EMDR préconisé par l’OMS

En outre, on peut envisager d’orienter les patients en état de stress post-traumatique vers des traitements spécialisés tels que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou une nouvelle technique dite de désensibilisation et de reprogrammation par le mouvement des yeux (EMDR). Ces techniques aident les sujets à atténuer les…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This