L’hypnose et tabac : le meilleur score d’arrêt

Arrêt du tabac et chiffres.

 

Hypnose, le meilleur score d’arrêt : 36 % à 12mois ! 

 

La Haute Autorité de la Santé-HAS affirme dans son avis sur les stratégies thérapeutiques d’aide au sevrage tabagique que « le tabagisme est un comportement renforcé par une dépendance, dont la nicotine est le principal responsable ».

Dans le même temps l’INSERM nous dit que « la dépendance à la nicotine reste difficile à démontrer, qu’il apparaît clairement  que la nicotine ne résume pas la dépendance au tabac. »

Quant à l’hypnose, une étude internationale, synthèse de 633 études incluant près de 72000 fumeurs et comparant l’efficacité de toutes les méthodes de sevrage tabagique, conclut qu’il s’agit de l’approche la plus efficace.

Bernstein (1969) dans sa méta -analyse (synthèse d’un grand nombre d’études) sur le comportement des fumeurs menée à la fin des années 60 soulève cette question fondamentale et paradoxale, mais qui n’a toujours pas une réponse claire  aujourd’hui : pourquoi des fumeurs informés du risque majeur pour leur santé ne changent pas leur comportement ? Quels facteurs sont responsables du maintien de ce comportement ?

Aujourd’hui la plupart des études s’accordent à dire que le fumeur subit une dépendance à la fois physiologique, psychologique et sociale (Inserm, 2004).
Il apparaît clairement que la nicotine ne résume pas la dépendance au tabac comme la morphine, la cocaïne ou l’alcool le font pour leurs sources respectives. Mais que le tabac n’en demeure pas moins « prodigieusement addictif. »

Si les laboratoires pharmaceutiques mettent en avant les résultats de certaines méta­-analyses montrant que le traitement substitutif nicotinique permet de doubler les chances d’arrêt par rapport à un placebo (Silagyetal., 2003) ils ne disent cependant pas clairement que ce taux reste désespérément bas : 7 % de succès à 6 mois (Hughesetal., 2003) ce qui suffit pourtant à l’assurance maladie pour prendre en charge, depuis 2007, les patchs et autres substituts, à hauteur de 50 € par an.

Les médicaments de sevrage, quant à eux, donnent un taux de 14,6 % pour le bupropion-Zyban-et 23 % pour la varenicline-Champix-(Jorenbyetal., 2006). On peut constater avec étonnement ou amusement que le placebo conduit à un taux d’arrêt de 10,3 % à 12mois ; soit un taux supérieur à celui des substituts nicotiniques !

Qu’en est-il pour l’hypnose ?

La méta-analyse (Chockalingam, 1992)-633 études,71806 sujets-comparant l’efficacité des méthodes de sevrage tabagiques donne le meilleur score pour l’hypnose:

36 % à 1mois (48 études et 6020 sujets). Les auteurs s’étonnent par ailleurs du faible score résultant du conseil du médecin (7%).

Réf : Psynapse.

                           

Written by root

Related Posts

EMDR préconisé par l’OMS

EMDR préconisé par l’OMS

En outre, on peut envisager d’orienter les patients en état de stress post-traumatique vers des traitements spécialisés tels que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou une nouvelle technique dite de désensibilisation et de reprogrammation par le mouvement des yeux (EMDR). Ces techniques aident les sujets à atténuer les…

Colon irritable et hypnose

Colon irritable et hypnose

L’hypnose est une technique non invasive, sans danger ni effet secondaire, peu coûteuse, mais consommatrice de temps. Elle est amenée à se développer en médecine générale, autant dans la prise en charge du SII que dans le cadre d’autre maladies chroniques.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This